Un nouveau centre de R&D s’implante à Rio

Le nouveau centre de recherche de Tenaris, implanté au sein de Parc Technologique de Rio sur l’Ile do Fundão, se concentrera dans un premier temps sur les demandes de Petrobras. Son objectif premier sera d’imaginer et de développer des produits destinés à la compagnie pétrolière. Des termes de coopération sont déjà en cours de signature entre les deux compagnies, concernant des recherches sur les matériaux et la résistance des tubes sous-marins. Le centre de recherche cherche également à créer des synergies avec l’UFRJ, Université Fédérale de Rio de Janeiro. Selon le vice-président de Tenaris-Confab, Túlio Chipolatti, la compagnie mène déjà de nombreuses recherches au sein des autres centres qu’elle possède, mais les installations cariocas lui permettront de mieux s’aligner sur les demandes de Petrobras et de l’UFRJ.

Bénéficiant d’un investissement total de 24 millions de dollars, le centre de recherche carioca permettra également à la compagnie d’harmoniser ses différents programmes de recherche. Il s’intègre au sein d’un réseau de plusieurs centres de recherche, notamment localisés au Mexique, en Argentine, en Italie et au Japon. Un équipement présent au Japon pourra ainsi être déplacé au Brésil pour réaliser un test ou une opération spécifique.

Par ailleurs, la compagnie a déjà mis en place sa stratégie d’embauche du personnel de l’unité. Elle compte en effet faire appel aux étudiants de l’UFRJ pour y travailler à temps partiel. L’idée est de faire participer les élèves de masters et de doctorats de l’université au projet, en les faisant travailler pendant un nombre d’heures précis d’heure par mois.

Les sujets de recherche du nouveau centre ont déjà été décidés.

L’un des plus importants pour la compagnie concerne l’étude des causes d’effondrement des tubes quand ils ne transportent pas du pétrole et du gaz, sujet critique pour la maintenance des tubes line-pipe, risers et flowlines. De façon générale, ce genre d’études permettra à Tenaris de produire des tubes aux parois réduites, mais supportant les pressions subies lors du lancement, permettant une réduction du coût final du produit.

Un autre sujet d’étude concerne l’usage de tubes pour le revêtement des puits. Un des points critiques concerne ici les points de torsion, qui doivent supporter le poids des tubes allant jusqu’à 3000 mètres de profondeur, avec des diamètres de plus en plus petits. Les matériaux utilisés sont également importants, et doivent résister à la corrosion, car le pétrole extrait, et surtout celui issu du Pré-Sal, comporte différents produits contaminants que les tubes doivent supporter sur le long terme, tels que le dioxyde de souffre par exemple (SO2).

Les types de revêtement des tubes, tant pipe-line que OTGC, seront également l’objet d’une attention particulière, et l’objectif sera ici de déterminer si l’isolation thermique actuelle est efficace, pour éviter par exemple que le pétrole ne se solidifie à l’intérieur.

Enfin, un quatrième sujet d’études concernera les vases sous pression, afin de développer des produits adaptés aux exigences de la compagnie électrique étatique Eletronuclear, avec qui Tenaris a signé un contrat d’approvisionnement pour l’usine Angra 3.