Un programme de qualification professionnelle pour le pétrole et le gaz.

Valor Online

Le renforcement du marché, les découvertes du présal et l’audacieux plan d’investissement de Petrobras pour les années à venir rendent compte d’un des principaux goulots d’engorgement du secteur pétrolier et du gaz naturel au Brésil : le manque de main d’œuvre spécialisé. On estime que les quatre grandes raffineries de Petrobras en phase initiale de construction –Abreu e Lima (PE), Premium 1 (MA), Premium (CE) e complexo petroquimico do Rio de Janeiro- devront générer près de 100 mille emplois directs. Les professions qui manquent sont particulièrement les ingénieurs et les techniciens.

Pour éviter les retards dans les projets, le gouvernement fédéral a lancé en 2003 le programme de mobilisation de l’industrie nationale de pétrole et du gaz naturel (Prominp), qui forme des milliers d’ouvriers grâce à des cours gratuits de niveau élémentaire, moyen, technique et supérieur, dispensés par 175 catégories professionnelles liées au secteur. 

D’après José RenatoFerreira de Almeida, le coordinateur de Prominp, 78 mille professionnels ont ainsi été formés jusqu’en 2010. Petrobras a investi R$ 228 millions dans ces formations. Les dépenses ont été surveillées par l’Agence Nationale du Pétrole (ANP). Almeida ajoute que « l’objectif d’ici 2015 est d’investir plus de R$ 557 millions dans la formation d’un nouvel ensemble de 212 mille personnes dans des catégories différentes ».

Pour Adriano Pires, fondateur associé du Centre Brésilien d’Infrastructure (CBIE) et ancien conseiller de l’ANP, les programmes de formation et développement professionnel sont les uniques alternatives pour pallier à court terme, la demande de personnel. « Les entreprises recrutent des techniciens et des spécialistes étrangers face à l’urgence. Le Brésil est très prisé par les principaux pays producteurs de pétrole dont la crise laisse beaucoup de gens qualifiés sans emploi dans ce secteur» affirme Pires.

Au-delà de Prominp, le Centre de Recherche et Développement Leopoldo Americo Miguez de Mello, de Petrobras (Cenpes), installé à l’université fédérale (UFRJ) répond à la demande technologique générée pas les projets de l’entreprise . Près de 80 instituts de formation répartis dans 17 Etats sont rattachés a Prominp.  Au-delà des cours gratuits, sont proposées des bourses mensuelles  aux étudiants sans emploi, qui vont de R$ 500 à R$ 900 selon le niveau de scolarité. Dans une recherche réalisée avec les Statistiques Générales du chômage et de l’emploi (CAGED) du ministre du travail et de l’emploi, on  remarque que 81% des professionnels qualifiés sont employés sur le marché du travail formel.

Par ailleurs, une base de donnée regroupant les Curriculum Vitae des élèves et anciens élèves  a également été créée sur le site de la formation (www.prominp.com.br)  et les entreprises pour y accéder doivent s’enregistrer.

Selon Petrobras, un autre indicateur auquel Prominp accorde une importance particulière est l’évolution de la participation de Brésiliens dans les projets. Cette dernière a augmenté de 57% en 2003 à 74% en 2010, ce qui représente une augmentation de US$ 25 milliards de biens et services achetés sur le marché national et la création de 995 mille emplois supplémentaires.