Interview de Maria das Graças Foster

Première femme à devenir directrice dans l´histoire de Petrobras, l´ingénieure chimiste Maria das Graças Foster a été nommée à la tête de la direction du secteur Gaz et Energie en 2007, une division qui affichait à l´époque un déficit de 1,3 milliards de R$. « Nous avons déjà réalisé un résultat positif de 1,2 milliards de R$, et ce, rien que sur le premier semestre 2011 ».

Et c´est justement sur la base de cette recherche des profits que la directrice défend Petrobras sur le dernier appel d´offres sur les nouvelles énergies, lancé par le gouvernement la semaine dernière. Cible de nombreuses critiques pour avoir imposé des règles contraignantes aux acheteurs de son gaz, Petrobras vient de vendre l´énergie d´un de ses propres projets dans l´appel d´offres. Il s´agit de la centrale thermique Baixada Fluminense.

À suivre, les temps forts de l´interview :

Vous avez été choisie pour occuper des postes à lourde responsabilité lorsque Dilma Roussef était Ministre des Mines et Energie. Aujourd´hui, votre nom a été évoqué pour occuper la direction de la division E&P de Petrobras. Qu´est-ce que vous en pensez ?

En réalité, je suis inquiète parce que cela signifie qu´on ne veut pas me voir rester à la tête de la division que j´occupe actuellement. Il m´a fallu pourtant du temps pour connaître le secteur du gaz et de l´énergie et pour obtenir des profits. Je rappelle qu´avant cela les résultats étaient catastrophiques. Lorsque je suis arrivée en 2007, nous affichions un déficit de 1,3 milliards de R$. Aujourd´hui nous atteignons fièrement un résultat positif de 1,2 milliards de R$, et ce rien que sur le premier semestre 2011. Ces trois dernières années auront été fructueuses et je suis très honorée de lire ou d´entendre de bonnes appréciations concernant mon travail en tant que directrice et technicienne. Je ne saurais en revanche vous expliquer pourquoi mon nom est évoqué aujourd´hui pour occuper de nouveaux postes. Ce qui est sûr, et je peux vous l´affirmer, c´est qu´il n´y a rien de concret.

Lors du dernier appel d´offres sur les nouvelles énergies, les centrales thermiques victorieuses se trouvent être étroitement liées aux producteurs de gaz, à MPX et à Petrobras. Selon vous, est-ce que cette constatation corrobore les réclamations des autres investisseurs qui affirment que seuls les producteurs de gaz peuvent remporter les appels d´offres ?

Un auto-producteur de gaz part avec un avantage certain mais il reste toujours en dessous de l´ensemble des synergies dont dispose Petrobras. Nous avons vendu l´énergie de notre centrale Baixa Fluminense à 104,75 R$/MWh, alors que nos prévisions avançaient que nos compétiteurs pourraient proposer entre 120 R$/MWh et 125 R$/MWh. Cette différence ne s´explique pas par le simple fait que nous soyons auto-producteurs ou par des questions d´inflexibilité. Il convient de rappeler que plus nous gagnons en importance, plus nous devenons compétitifs.

Quelles sont les avantages compétitifs dont vous nous parlez ?

Lorsque nous avons un parc générant 6 100 MW de puissance installée, nous bénéficions d´une réduction sur nos coûts opérationnels. Tout est réalisé par le biais de notre Centre d´Opérations d´Energie, à Rio de Janeiro. En affichant une inflexibilité zéro, nous bénéficions d´une série d´avantages. Par ailleurs, la centrale thermoélectrique Baixada Fluminense sera construite dans « le jardin » de notre unité Barbosa Lima (RJ), ce qui permettra de partager l´espace et le système de récupération de l´eau.

 

Des agents du secteur ont émis l´hypothèse de dénoncer Petrobras pour abus de pouvoir. Est-ce que la compagnie reconnaît n´avoir pas respecter certaines règles de l´appel d´offres ?

Je ne vois pas comment Petrobras pourrait être sanctionnée d´être verticalisée. L´appel d´offres était très compétitif. C´est d´ailleurs ce qu´a affirmé le directeur général de l´Agence Nationale de l´Energie Electrique (Aneel), Nelson Hubner. Les centrales thermiques au gaz naturel ont débuté à 139 R$/MWh pour arriver à 101,90 R$/MWh, ce que prévoit le projet de MPX. Quant aux éoliennes, elles sont parties de 139 R$/MWh pour terminer à 99 R$/MWh. On ne peut pas nous accuser de pratiques anti-concurrentielles, et les chiffres sont là pour le prouver. Mais nous considérons malgré tout qu´il n´y a rien de plus normal, dans une démocratie, que de s´en remettre aux organes de défense de la concurrence en cas de doute. Le cas de l´auto-producteur de gaz est par ailleurs prévu par la Loi du Gaz. La conquête d´un nouveau marché basée sur la recherche d´une plus grande efficacité ne peut être apparentée à un acte malsain et illégal. Notre département juridique n´a en l´occurrence détecté aucune infraction pour le moment.

O Estado de São Paulo

,