ROV national pour le pré-sal

Le premier ROV de type Light Work Class développé au Brésil aura un participation locale d’au moins 30%. L’information nous est fournie par Roberto Macedo, directeur Exécutif de P&D d’Armtec, une des entreprises responsables pour le projet. Celui-ci est perçu comme le second plus gros financement depuis 2010. Il est en effet de près de R$ 7 millions. Le projet, qui englobe de nouvelles institutions de recherche ainsi que deux entreprises – Armtec et BWV Consultoria de Informações Empresariais – a été mis en place ce mois ci.

« Nous sommes dans la phase de planification et de développement d’infrastructures » raconte le cadre, ajoutant que de nouvelles institutions brésiliennes et même internationales présentent un certain intérêt pour participer au projet. L’espoir est que le ROV, appelé Dragon de Mer, puisse exercer jusque 60% des opérations sous-marines possibles, tout comme des activités de montage, d’inspection et de manutention, de collecte de matériaux, de pêche… L’équipement, qui est plus léger et de moindre dimension que les ROVs traditionnels, aura la capacité d’opérer en surface d’eau jusque 3 000 mètres de profondeur. Macedo explique que Artmec est déjà en train de recruter de potentiels futurs fournisseurs brésiliens et étrangers pour répondre aux demandes associatives du projet. « Nous cherchons des entreprises dans le domaine de la mécanique de métal, fournisseurs de matériaux polymériques, de dépanneuses, de capteurs ».

Armtec a terminé cette année son premier ROV, le Samba, qui possède deux versions – une, avec une capacité d’opérer jusque 100 m de profondeur et l’autre, en surface d’eau jusque 300 m. Le robot est tourné vers des opérations de manutentions sous-marine et de maping de l’environnement. L’entreprise qui fait partie du groupe d’entreprises de l’Université de Fortaleza (Unifor) est également en train de développer un ROV-AUV pour la Marine du Brésil, un projet d’une valeur de R$ 3 millions, dont R$ 2,6 millions financés par Finep. L’équipement agira comme un chasseur de mines sous-marines, mais pourra également posséder des applications dans l’industrie de pétrole et de gaz. Actuellement, Armtec développe quatre projets dans le domaine de la robotique sous-marine, pour un total d’investissement de près de R$ 15 millions.

energiahoje

, ,