Le Brésil peut faire un bond dans le secteur du gaz, d’après les prévisions de l’ANP.

La directrice générale de l’agence Nationale de Pétrole, Gaz Naturel et Biocombustibles ( ANP), Magda Chambriard, a dit que les nouvelles raffineries de Petrobras doivent consommer 30 millions m3/jour de gaz en 2020, d’après ses estimations. Actuellement, près de 20 millions de m3/jour sont déjà consommés.
Elle prévoit également que jusqu’à cette année 100 Ms à 120 Ms de m3/jour de gaz supplémentaire pourront être disponibles dans le marché, sans compter la consommation de Petrobras. Les réserves de gaz non conventionnels ne sont pas considérées dans le calcul. « Ce n’est pas absurde (de prévoir 100 à 120 Ms de m3/jour), c’est une hypothèse basée principalement dans les projets du pré-sel qui rentreront ».
Magda a rappelé que la taille du réseau de gazoducs du pays a doublé entre 1999 et 2012, passant de 3 700km à 9 500 km. « Cela a été possible parce que le Brésil reconnaît l’importance du gaz naturel », a-t-elle dit, ajoutant que les efforts de l’ANP seront d’intérioriser ce réseau, concentré sur la côte.
D’après son opinion, le Brésil a un grand potentiel dans le marché du gaz et pourra bondir dans le secteur. « Le Brésil a une taille continentale. Nous avons des indices de gaz dans le nord, dans le sud, à l’est et à l’ouest, il est impossible que nous ne puisions pas faire ce bond. »
La directrice générale a aussi affirmé que le plan pluriannuel de géologie et géophysique, élaboré en 2006, prévoit un investissement de 1,8 Mds de reais pour la cartographie des zones potentielles d’exploitation de gaz. Le Brésil exploite uniquement 5% du total des bassins sédimentaires présents dans l’arrière pays. Dans son évaluation, le résultat obtenu grâce à l’investissement pour l’acquisition de nouvelles données et informations sur les champs potentiels servira à attirer des concessionnaires pour les exploitations futures.

Source : Brasil Energia
Traduction : Mélanie Ventura
Révision : Michel Curletto
contact@clubdupetrole.com.br

, ,