GNL – La solution pour la région sud du Brésil

N`ayant pas les capacités lui permettant d`accroitre le marché, la région Sud doit rester en dehors du Plan d`Expansion du Réseau de Transport (Pemat)

Le Ministère des Mines et de l`Energie a signalé qu`il n`y aura aucune alternative possible pour que la région Sud soit incluse aux projets concernant le Plan d`Expansion du Réseau de Transport (Pemat).
Derrière les difficultés à mettre en place de nouveaux gazoducs pour la région, se trouve la compagnie Petrobras, qui n`a pas encore garanti au MME (Ministère des Mines et de l’Energie) les nouveaux volumes de gaz disponibles.

La question fut présentée par la directrice de Gaz Naturel du MME, Symone Araujo, qui s`est réunie le Jeudi 21 Mai avec les représentants de la SCGas et Compagas, à Brasilia, pour éclaircir la situation.
L`année dernière, la directrice avait pris un engagement avec le distributeur du Paraná, et indiqué un projet pour la région Sud.

Selon l’étude du Groupe d`Economie et d`Energie, de l`UFRG, la demande de gaz pour les 3 états du Sud est de 10M de m3/jour de plus que la capacité d`offre actuelle.

Face à une demande prévue s`élevant à 34M de m3/jour en 2030, les compagnies sont déjà confrontées à la nécessité de mettre en place une autre source au gaz bolivien, dont le contrat arrive à échéance en 2019.

Proposition de swap

Pour réduire le manque d`offre de nouveau gaz pour la région sur le court terme, Symone Araujo a suggéré une alternative temporaire, selon laquelle les sociétés concessionnaires du sud achèteraient du gaz naturel liquéfié au sein du marché international par le biais du terminal de regazéification de la Baie de de Guanabara (Rio de Janeiro).
Le gaz arriverait dans la région Sud via des accords avec les distributeurs des autres états, réalisés sous forme de swap. L`alternative dépendra cependant du consentement de Petrobras, notamment pour l`usage du terminal de regazéification du GNL.

“Le ministère a clairement annoncé que l`infrastructure ne doit pas être considérée comme un obstacle, contrairement à l`offre. Petrobras devra éclaircir la situation lorsqu’ elle disposera de ressources en gaz pour la région Sud. Cependant, si elle (l`offre) n`est pas certaine, nous devrons rechercher une solution supplémentaire. Nous devrons traverser le monde pour trouver du gaz”, a commenté le président de la SCGas, Cosme Polêse.

Le dirigeant a également opté pour l`alternative du GNL et la nécessité d`unir les distributeurs de la région Sud pour mettre en place un projet d`ensemble. Aujourd’hui, la région dispose de 3 terminaux de regazéification à l`étude dans l`Etat du Paranagua (PR), Sao Francisco do Sul (SC) et Rio Grande (RS).

“Les 3 options doivent être prise en compte simultanément, pour que nous puissions ensuite réaliser une comparaison et voir laquelle est la plus intéressante sur le court terme. Mais pour cela, nous avons besoin de savoir, premièrement, quelle est la source d`alimentation, et à quel prix arrivera ce gaz“, ajoute t-il.

Source Brasil Energia / André Ramalho
Traduction: Lucie CHOUAID
Révision: Michel CURLETTO
contact@clubdupetrole.com.br

, , , , , , , ,